«

»

août 13

L’inscription

15393614-personnage-de-dessin-anime-mammoth

Parce qu’il y a un début à tout, me voilà devant l’écran de mon ordinateur, à hésiter, le doigt fébrile sur la souris, le front en sueur, transpirant de réflexion, sous le scintillement artificiel de mon ampoule de salon située juste au-dessus de mon crâne, sans oser cliquer plus loin pour terminer mon inscription !

Pour comprendre cette situation, il faut remonter plus loin en arrière, à l’époque l’homo- sapiens sapiens se déplacer à pied, face à toute cette nature environnante, à la suite des grands troupeaux qui leur servaient de nourriture. Mais déjà, à cette ère reculée, l’homme ne voyageait jamais seul, il était accompagné de sa famille, mais aussi, de temps en temps, de co-marcheurs qui se déplaçaient avec lui et participaient aux frais carnés du voyage !

Alors me voilà à me poser la question ! Pourquoi est-ce que je ne ferais pas de même ? Bon je dois dire que l’idée m’a été insidieusement martelée par mes amis proches qui n’ont eu de cesse de m’évoquer ce système particulier mis en place au Québec ! Après, comme j’effectuais le voyage Montréal-Québec chaque semaine, pourquoi ne pas profiter de cette manne afin de réduire mes frais de transport ? Certes, le papier est moins nourrissant qu’un bon steak de mammouth, mais je ne pense pas qu’un pompiste accepterait que je le paye en mammouth non plus…

Bref, le nom qui revenait souvent était Amish express©®tm, société créé, comme son nom pourrait ne pas l’indiquer, par des Mormons, afin de trouver d’autres membres restaurationniste pour voyager entre les différentes communautés, et qui s’est démocratisée par la suite aux laïques…

Me voilà donc à remplir les petites cases de l’inscription : nom, prénom, âge, sexe, langue parlé, préférence sexuelle, groupe sanguin, numéro d’assurance sociale, animal de compagnie, numéro d’assurance sociale de l’animal de compagnie, etc. lorsque, débarquant de nulle part, mon colocataire – qui, lui, participe au frais de mammouth – me sort avec sa naïveté habituelle : « Oh ! Tu t’inscris sur Amich ? Tu sais, j’en fais souvent, et je dois dire qu’on tombe sur des gens bizarres, mais vraiment bizarre souvent ! Enfin, tu fais comme tu le sens… Un morceau de cuisse ? » Et de me présenter la viande saignante sous le nez que je refuse d’un mouvement de tête alors qu’il repart à l’assaut de sa carnation d’un haussement d’épaule.

Le doute m’assaille, la peur de rencontrer des gens bizarres et de vivre des trajets rocambolesques, le souvenir même des ces vacances d’enfances à vivre le cauchemar des longues routes interminables sans clim et Chagrin d’Amour en fond sonore, la nausée de devoir retrouver chaque année sa grand-mère au poil disgracieux qui raconte ses problèmes d’incontinences, et par le biais de l’association d’idée, je me vois entouré de mes grands-mères durant ce covoiturage qui me parlent de leurs incontinences, philosophiques cette fois-ci.

Mais il faut savoir prendre des risques, je chasse ces idées et je clique finalement. Me voilà officiellement devenu un Amish !! La page se réactualise : il faut encore payer pour valider…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>